Comment rendre une ville plus agréable à parcourir à vélo?


En 2019, la Plateforme Européenne pour les Plans de Mobilités Urbaines Renouvelables a publié une étude sur les raisons qui poussent les gens à utiliser le vélo en ville et les facteurs qui favorisent l’utilisation d’un deux roues. Les personnes interrogées et les données recueillies viennent de toute l’Europe: Copenhague (Danemark), Malmö (Suède), Royaume-Uni, Hollande...


Dans un premier sondage, on apprend que les habitants de Copenhague font du vélo en majorité parce que c’est le moyen de transport le plus rapide (53%) ou le plus facile (50%), dans une ville aussi bien équipée en infrastructures cyclables que la capitale Danoise, cela peut se comprendre aisément. Près de 40% des personnes interrogées font du vélo pour se maintenir en forme. Étonnamment, moins de 10% des sondés disent faire du vélo avec la protection de l’environnement en tête. 


Dans un second temps, les habitants de Malmö, en Suède, ont été questionnés sur le mode de transport utilisé en fonction de la distance à parcourir. On notera que dans près d’un quart des cas, dès lors que la distance à parcourir est comprise entre 600 m et 5 km, le trajet est fait à vélo. Pour les distances plus courtes, le déplacement est fait à pied; et pour les plus longues, la voiture est privilégiée. Cependant, même lors des déplacement sur des petites distances (moins de 5 km) la voiture reste tout de même très présente, il reste donc une marge de progression certaine. 


Concernant les infrastructures favorisant l’usage du vélo en ville, l’organisme responsable de l’étude donne quelques bonnes pratiques pour rendre la vie plus facile aux cyclistes. 

La Hollande base par exemple le design de ses pistes cyclables sur le principe du plus direct, de cohérence, de sécurité, de confort et d’attractivité. Ainsi, si les cyclistes se retrouve au sein du trafic à moteur, il faut que celui ci ne dépasse pas les 30 km/h, que le flux soit relativement faible et que les véhicules soient relativement légers (pas de camions de transport). Dans le cas d’un trafic plus important ou plus rapide que le cas décrit précédemment, il faut une séparation physique entre les véhicules et les vélos (berne centrale), sans oublier des intersections sécuritaires. Il faut également prendre en compte le nombre croissant d’utilisateurs de cycles et donc créer des infrastructures capables de tous les accueillir.

Le niveau de stress créé par le déplacement à bicyclette joue un rôle important dans l’emploi de celle-ci dans les villes. On distingue par exemple ceux qui ne prendront jamais le vélo, quoi qu’il arrive (33%), ceux qui sont intéressés mais inquiets (60%, on y retrouve les enfants et les parents qui se déplacent avec leurs enfants, qui ont besoin d’une certaine assurance lors de leurs déplacements), les enthousiastes confiants (7%) et les forts et sans peur (<1%). La majorité de la population étant dans la catégorie “intéressé mais inquiet”, il faut donc créer des infrastructures répondant à leurs besoins. 


L’éducation à la sécurité est également très importante pour garantir une bonne cohabitation, non seulement avec les autres véhicules, mais également pour les cyclistes entre eux. Pour ce faire, des ateliers peuvent être organisés pour sensibiliser les utilisateurs de vélo aux dangers et aux bonnes pratiques à adopter lors des déplacements. Ces ateliers sont notamment réalisés dans les écoles pour éduquer les petits cyclistes ou encore par des forces de l’ordre, à vélo, bien évidemment. 

Que vous rouliez en vélo électrique, en cargo, en tricycle ou en vélo “classique”, une chose est sûre, la mobilité à vélo a de beaux jours devant elle!

 Abonnez-vous à notre newsletter pour ne rien rater de nos actualités et bons plans!

Aidez-nous à créer le vélo de demain! Remplissez notre questionnaire et obtenez immédiatement un code promo personnel qui vous donnera droit à de nombreux avantages dès le lancement de notre nouvelle gamme!

Source:

0 commentaires

  • Soyez le premier à nous laisser un commentaire.

Laissez un commentaire